Logo Twinoid
Nadawoo
Nadawoo

Journal de l'apocalypse gay. Jeudi 17 mai 2018. Déjà cinq ans, jour pour jour, que cette loi scélérate a été votée. Comme nous l'avions prédit, la population mondiale décline inexorablement. Nos graffitis délavés « Un papa, une maman » sur les ruines de l'ancien monde ne sont plus que de dérisoires prophéties. Il est trop tard désormais. Les gays sont partout. Depuis la loi autorisant le mariage de personnes de même sexe, la population s'homosexualise davantage chaque jour. Je participe à la résistance avec mes compagnons hétérosexuels, mais combien de temps tiendrons-nous encore ?

Nous ne sommes plus qu'une poignée. Les ténèbres de la pédérastification se sont répandues sur le monde. L'autre jour, nous avons surpris Jean-Eudes et Charles-Henri sous la même tente, en train de commettre l'acte dont il ne faut pas prononcer le nom. Nous avons dû les abattre. Mais depuis, le doute nous ronge : pouvons-nous encore gagner cette guerre ? Si même Jean-Eudes, qui assistait chaque soir aux vêpres célébrées par l’aumônier du camp et avait accroché des icônes de Benoît XVI et Pie XII au-dessus de sa paillasse, avait succombé à la tentation homosexuelle, qui pourrait y échapper ? Nous ignorons comment ils furent contaminés. Il n'y a pourtant aucun gay dans le camp.

Des souvenirs de l'ancien monde me reviennent par bribes. Tout a clairement commencé à partir en couilles - c'est le cas de le dire - lorsque les stars se sont mises à faire leur coming-out. Au début les gens n'étaient pas surpris, tout le monde sait que les milieux artistiques sont tenus soit par des gays, soit par des juifs. Mais là, ça a vraiment été massif. Même Robert Downey Jr ! Quel gâchis. Lorsque le gouvernement prit enfin conscience de l'ampleur du désastre, il était déjà trop tard. À l'époque, mes confrères de la Manif pour tous avaient refusé mon slogan « Les pédés au bûcher, les lesbi au pilori ». Non pas qu'ils n'étaient pas d'accord, ils pensaient juste que c'était un peu tôt. Le grand public sut définitivement qu'il se passait quelque chose de grave lorsque Vin Diesel fit son coming-out à son tour.

Il y a deux semaines, un gay m'a mordu au mollet. J'ai marché pendant huit kilomètres pour me faire vacciner dans la tente médicale la plus proche. Le toubib a été formel : j'ai été irrémédiablement contaminé. Même une amputation sans anesthésie ne pourrait pas empêcher la maladie de progresser. Je sens que mon corps s'homosexualise de jour en jour. Hier, en passant devant les ruines de ce qui fut un magasin Celio* avant avant la Grande invasion pédéraste, je n'ai pas pu résister et j'ai emporté un pantalon ultra-slim. Même dans mes rêveries solitaires, Pamela Anderson est de plus en plus souvent remplacée par Pierre Palmade.

Est-ce la vraie vie ? Est-ce juste un rêve ? Pris dans un glissement de terrain, plus d'échappatoire à la réalité. Parfois, je souhaiterais ne jamais être né du tout. Oh mon Dieu ! Voilà que je cite Queen. Il est clair que je deviens totalement gay. Ce groupe satanique qui a homosexualisé toute une génération de frêles adolescents en manque de repères.

L'espoir m'abandonne. Quel homme providentiel pourra nous sauver ? Éric Zemmour est loin, parti guider l'Armée Chrétienne Libre contre les hordes sarrasines. Et depuis un mois, la rumeur circule que la division KTO aurait été anéantie et que lui-même aurait été tué à Poitiers. Réalité ? Désinformation ourdie par l'ennemi ? Je ne sais plus qui croire.

J'espère voir un jour le bout du tunnel. Cette métaphore est assez ambiguë dans ces circonstances, mais bref. Adieu, cher journal. Puisses-tu ne jamais être souillé par un acte contre nature.

Bon_Epoux
Bon_Epoux

contre naturaaaanh

KiraTerra
KiraTerra

Autant je comprend le sarcasme, autant tout ce que je vois sur le net ce qu'il se passe autour des social justice warriors, notamment aux Etats-Unis, me dit que c'est l'une des conséquences.

Anari
Anari

KiraTerra : Qu'est-ce qui est une conséquence de quoi?

KiraTerra
KiraTerra

Anari : Les abus, et les violences qui en découlent envers les personnes "normales". Enfin le pire, c'est que ça n'est pas spécifique qu'aux lgbt: il suffit de voir les féministes, avant ça manifestait pour avoir les mêmes droits que les hommes, maintenant ça se balade à poil en agressant tout le monde.
L'humanité n'apprendra jamais, dès qu'elle s'accorde quelque chose elle part dans les excès.

Bon_Epoux
Bon_Epoux

Ouais marre de ces gens différents qui revendiquent leurs droits, en tant qu'homme normal je me sens tellement oppressé :-/

KiraTerra
KiraTerra

Aziraphale : C'est pour ça que t'as été élu comme président.

Whitecoal
Whitecoal

Aziraphale : La question n'est pas de revendiquer des droits ou pas, la question est plutôt : à partir de quel moment la revendication de droits devient un militantisme extrémiste. Faut pas croire, mais le communautarisme ça touche tout le monde, et la tentation de devenir haineux envers les personnes qui ne sont pas comme les gens de ladite comunauté à laquelle on appartient est grande.

ce qu'a dit Kiraterra était très vrai, mais je vais également citer monsieur George Yancy, philosophe américain : "White people are born racist and should "admit to the racist poison inside of you."

Je nie pas qu'aux états-unis et ailleurs la population noire est et a été victime de préjugés, de discrimination voire de ségrégation (coucou l'Afrique du Sud), mais faire ce genre de déclaration c'est juste totalement débile. C'est comme dire que, même si vos ancêtres blanc n'ont pas eus personnellement d'esclaves, en tant que personne blanche, vous avez forcément bénéficié de l'esclavage et vous devriez en avoir honte. Ne rigolez pas, ça a déjà été sorti par quelqu'un.

Balancer ce genre de trucs n'a rien à voir avec la lutte pour les droits des populations noires, c'est de la haine pure et simple qui est au même niveau que celle des suprémacistes blancs. Pire encore, des personnes qui jusqu'à présent n'avait pas pris parti peuvent tout à fait, en entendant des conneries pareilles, être renforcé dans ses préjugés négatif.

Le tout est de savoir faire la différence entre un militant modéré et un extrémiste qui se planque sous l'étiquette du militantisme pour cracher sa haine. Et malheureusement, ce genre de types, les communautés féministes, LGBT et autres en sont remplies. Soyez pas cons, et n'accordez pas d'importance à ces personnes.

Anari
Anari

KiraTerra : Ha bon parce que c'est ça pour toi le féminisme, des nanas violentes?
Et tu penses aussi qu'elle est déjà là, l'égalité, que de continuer à être féministe c'est exagérer et être "dans l'excès", mériter d'être appelé "ça"?

La personne au-dessus de moi l'a exprimé mieux que je ne saurais le faire, il n'y a donc pas grand-chose à ajouter, l'extrémisme et la connerie n'ont absolument rien de nouveau et rien à voir avec les dernières avancées sociales; dans tous les groupes, y a des cons, des moins cons, des violents, des moins violents, etc. Le tout est de ne pas faire l'erreur qui ressort de ton message et d'attribuer les stupidités de certains (largement minoritaires) au groupe tout entier, ce qui a pour effet de discréditer la cause dans son entier au départ bel et bien légitime. C'est dévastateur. Il suffit de demander à dix péquenauds lambdas pris au hasard ce qu'ils pensent du féminisme et s'ils sont féministes (= pour l'égalité entre les deux sexes, petit rappel salutaire) pour s'en rendre compte.

KiraTerra
KiraTerra

Anari : Ce que je disais c'est exactement ce que Whitecoal disait (d'ailleurs, je pense qu'il a compris mon point plus que toi). Je ne dis pas que refuser un droit à une communauté est une mauvaise chose, je dis que dès que l'on accorde un droit à une communauté, systématiquement une partie de celle-ci part dans l'extrême. Maintenant, à savoir si ça se calmera ou pas, on verra.


Pour ta question oui, je pense que dans nos pays occidentaux, les femmes n'ont plus rien à envier aux hommes. Elles ont le droit de voter, de travailler dans la branche qu'elles veulent, d'avoir leur propre compte en banque, de faire ce qu'elles veulent de leurs corps, et j'en oublie sûrement. Et c'est sûrement pour ça que tu as crû que je pensais que les féministes sont des "nanas violentes". Parce que de mon point de vue, les féministes qui manifestent en occident, il y en a très peu, car elles n'ont plus rien à vouloir. La grande majorité ce sont celles qu'on appelle les feminazis.

Whitecoal
Whitecoal

Anari : Et ce que tu as dit est exactement le problème qu'on rencontre actuellement. Tu travestis la parole de Kira (Sophisme de l'homme de paille, tout ça tout ça...), pour lui faire dire quelque chose qu'en réalité il n'a pas dit. Est-ce qu'il a dit toutes les féministes étaient violentes ? Non. Est-ce qu'il a dit que le féminisme actuellement ne servait à rien ? NON. Faut arrêter deux minutes, bon sang. Ok, il y a des progrès à faire, mais force est de constater que des progrès ont déjà été faits. Et puis, si certaines féministes n'étaient pas CONSTAMMENT dans la recherche de conflit et dans une logique de combat plutôt que dans une logique de dialogue, ce serait déjà mieux.

C'est dans le naturel de l'humain d'en vouloir toujours plus. Et force est de constater qu'aujourd'hui, les féministes en occident s'ennuient, elle peuvent pas s'empêcher de se battre pour des broutilles dans certains cas. Et je précise bien "dans certains cas", parce que malheureusement, les féministes ne s'attaquent que très peu aux problèmes de fond (T'as déjà vu des Fémens manifester pour l'égalité salariale, alors que si il y a un point où les femmes sont inférieures aux hommes, c'est bien celui-ci ?)

Prenons un autre cas : l'association de défense des animaux PETA a lancée une pétition contre l'éditeur de jeux Games Workshop parce que sur certaines figurines de son jeu Warhammer 40 000, certains personnages (en l'occurrence les Space Wolves) étaient représentés portant de a fourrure. Voilà ce que j'appelle des broutilles, et pour rester dans le contexte féministe, on peut parler de la volonté des féministes de changer la langue française pour que, je cite "les femmes ne soient plus rendues invisibles."

La question étant : Avec des chevaux de bataille aussi peu pertinents, comment veut-on que ces causes, qui sont nobles, soyons d'accord là dessus, soient crédibles auprès du grand public ? On tiens plus du pinaillage que du vrai combat.

Le féminisme est important, ne serait-ce que pour une question d'égalité des sexes. Mais bord*l, pourquoi est-ce que quand je vais sur des sites estampillés féministes, que ce soit des blogs ou des sites plus importants je ne lis jamais d'articles traitant de problèmes de fond, qui sont réellement importants ? Oui, c'est plus dur de changer les mentalités à ce niveau là, mais c'est mieux que de perdre sa crédibilité dans des combats débiles, non ?

Bon_Epoux
Bon_Epoux

Whitecoal : j'ai lu la même chose qu'anari d'ailleurs les féministes occidentales s'ennuient et n'ont rien d'autres comme passe temps que de faire chiez les hommes ce sont des feminazies... entre les femen et les nazi il y a quand même quelques subtiles références qu'il faudrait ne pas occulter :hordes_smile:

Anari
Anari

Whitecoal : On va pas partir dans le grandiloquent non plus, le post de Kira était court et je ne le connais pas plus que ça, j'ai donc pu me tromper légèrement en interprétant ses propos. Mon but n'était absolument de faire passer ses paroles pour ce qu'elles ne sont pas, ça n'a aucun intérêt de répondre à un propos imaginaire.
Il n'empêche que le post que j'ai lu était plus ou moins grossier et parlait effectivement des féministes en général, donc j'ai cru qu'il parlait du féminisme dans son entier, c'est ça qui m'a dérangé. Et d'ailleurs, vu la réponse, j'avais effectivement raison puisqu'il pense qu'il n'y a plus de problème de sexisme et que la majorité des féministes militantes de nos jours sont des "féminazis" -ce sur quoi nous divergeons, d'où ma réaction initiale.

Il y a encore de gros problèmes d'égalité et de comportement vis à vis des femmes qu'on le veuille ou non, à la fois dans le droit (même si ce domaine est celui qui a le plus progressé), le monde du travail et surtout dans la manière de les considérer, tous ces "petits problèmes" ancrés culturellement dans notre société et tellement dur à modifier. Le nier est soit de l'ignorance crasse, soit de la mauvaise foi. Rien que dans les exemples que tu as cités, Kira, "elles peuvent faire ce qu'elles veulent de leur corps", ce n'est pas exactement vrai. Une femme qui couche souvent avec des hommes sans sortir avec, tu sais comment la majorité de la population va l'appeler? La pression sociale est dingue et même dans nos sociétés occidentales, un sexisme crasse règne dans une bonne partie de la population. Alors oui, les femmes ici ont plus de droits et de considération que dans le reste du monde -pas de lapidation après s'être fait violer pour adultère, pas de décennies en prison pour avoir perdu un enfant pour "meurtre"-, et tant mieux je suppose, mais on est encore vraiment loin du compte.

Non, le féminisme militant n'est pas toujours absurde et composé exclusivement d'extrémistes qui passent à côté des "vraies causes". Mais bizarrement, c'est cette dernière minorité qui obtient la majorité de la couverture médiatique... Comme je l'ai dit, dans toute "cause", dans tout groupe il y aura toujours des extrêmes et c'est dommage que ceux-ci finissent parfois par influencer le regard que les gens portent sur la cause en question.

TotoLaGOTY
TotoLaGOTY

Anari : J'arrive très tard mais une phrase m'a fait tilté.

"Mais bizarrement, c'est cette dernière minorité qui obtient la majorité de la couverture médiatique..."

Rien de bizarre ici. Plus les propos sont extrêmes plus ils créent du conflit et donc de l'audimat. Les règles des différents médias sont crées pour avoir ce conflit

Les réseaux sociaux et en particulier Twitter sont en général des espaces d'expression très limités, où, exposer une pensée complexe est impossible et est donc par nature, un terrain fertile aux raccourcis et aux propos extrêmes qui tiennent souvent en deux lignes car liés à des convictions non-issues de réflexions.

(Exemple: 'Il faut brûler tous les noirs et les arabes parce que c'est des putain de profiteurs'. Ça tient en peu de mots. J'ai d'ailleurs malheureusement lu pas mal de commentaires du genre encore hier...)

Même dans le champ politique, les débats retransmis à la télé allouent souvent 3 minutes par candidat par sujets. Comment peut on convaincre efficacement du choix que l'on fait à propos de l'immigration en 3 minutes? On ne peut pas. Du coup le système médiatique pousse les candidats à aller dans la punchline ou dans le sophisme (ce que beaucoup de politiques peuvent vouloir faire déjà pour des raisons personnelles).

Les médias désirent le clash car ils savent que c'est le meilleur moyen d'obtenir de l'audimat, et que la qualité du contenu importe peu au final (Certains youtubeurs, font même des calculs pour connaître quel niveau de médiocrité est suffisant pour tromper l'ennui efficacement des collégiens/lycéens en réduisant la masse de travail au maximum et ainsi optimiser leur revenus)

Le militantisme subit le même problème, pour faire parler de soi il faut faire n'importe quoi, donc si tu te balades nue dans la rue en ayant écrit sur tes seins qu'il faut castrer tous les hommes qui ont regardé une femme pendant plus de 2 secondes à la suite, on parlera de toi.

Alors que si tu souhaites l'égalité salariale entre les différents individus, déjà c'est un avis partagé par beaucoup de monde du coup tu as la possibilité de ne pas ressentir le besoin de militer, et si tu milites quand même, par envie, tu ne trouveras qu'un public moins large.

Et bien évidemment les conséquences médiatiques affecte le regard porté par la société sur les différents combats sociaux. Ce qui crée ensuite d'autres problèmes au sein des groupes militants (communautarisme qui peut lui même mener à une vision biaisée de la société qui lui même mènera à extrémiser les désirs militants)