Logo Twinoid
Nihir
Nihir

:monsterhotel_gold_50000: Le Job chez McDo - Épisode 20 :
Au programme aujourd'hui :

  • Une annonce, encore..
  • Mon anniversaire au McDo.
  • Le petit menu McGif.
  • La suite des aventures de McCree et Fluffy.
  • L'épisode précédent, as always.

______________________________________________________________


Aujourd'hui pas de menu McGif (enfin si, mais un petit alors !), pas d'anecdote sur un client relou ou rigolo car l'heure est grave mes amis.
J'ai déposé ma lettre de démission hier.
Je comptais attendre mi-mai pour la déposer mais l'opportunité de travailler dans un vrai restaurant sur le bord de mer me satisfait au point de me dépêcher.

______________________________________________________________


J'ai déjà fêté mon anniversaire à McDo quand j'étais petit. C'est une façon simple de la fêter et franchement, quand on a 3 ans, on est content d'avoir un jouet trop cool et des ballons et de jouer avec ses copains à McDo.
Sauf que les temps changent, comme dirait Garrosh.
Premier Mai, dit aussi, la fête du travail, le seul jour où il est légal de se lever à 11h en tant que fonctionnaire. J'aurais aimé faire de même, si je ne devais pas travailler à 10h ce jour-là..
Donc je me lève à 8h40, soit.. en retard, prend un café, ma douche, mon temps pour me préparer et les appelle.
"Alloooooo, c'est Arthur, blablabla, j'vais être un peu en retard quand même, j'dois venir en vélo tavu."
Bref, tout se passe pas trop mal pour l'instant, pas vrai ?

9h20, je sors de chez moi. Je suis accueilli par un vent d'une petite centaine de km/h mais j'avais prévu le coup, j'avais pris mon manteau. Tout se passe selon le plan.
9h22, je récupère le vélo de la municipalité. et m'élance face au vent et aux responsabilités, tel un héros. :tousse:
10h15, j'arrive au McDo, le visage dans tous les sens à cause du-dit vent.
10h18, je pointe. La pointeuse me dit "Bonjour ! Bon anniversaire !" et le manager commença à rigoler en me le souhaitant en retour.
La journée pouvait commencer.

La première heure fut tranquille, sans grande surprise, des clients, du temps à passer à rien faire derrière le BIN', bref, la matinée tranquille.
Et puis ils arrivèrent.
Tous ensemble, soudés, organisés.
On a rien compris.
On était 4 équipiers à 11h. Quatre contre 200.
On a tenu comme on a pu. L'écran nous affichait une cinquantaine de commandes de surplus.
Sur l'écran, seulement 10 commandes peuvent être affichées en même temps, et un petit bandeau nous indique en bas à droite combien de commandes nous attendent dans le système.
La bataille fut rude. Elle dura jusqu'à 14h.
On obtint du soutien des équipiers de l'Est, vers midi, et nous assurâmes un service à peu près.. rapide à 13 pendant deux heures.
Nous en sortîmes lessivés pour la plupart. Je partis en pause à la demi et revins, prêt à en découdre à nouveau.
Seulement, un problème d'ordre organisationnel vint se poser au travers de ma route.

Je devais aller au Meltdown de Aix pour 20h. Une soirée m'y attendait sur le thème du Loup-Garou, et pas mal de mes amis y aller pour l'occasion. On s'était donné rendez-vous, non pas dans dix ans, mais à 18h, à la gare Saint-Charles, pour qu'on puisse manger avant, et toutikouinti.
La veille, quand le manager me demandait au téléphone si je pouvais venir ce jour-ci, je lui bien dit clairement : "Oui, mais pour le shift de 18 à 21, ça va pas être possible."
Je l'aime bien ce manager. Il nous laisse pas mal de libertés quant à la gérance du resto quand il est là, parce qu'il glande pas mal mais au fond, on bosse de la même manière sans la pression constante d'un regard de juge à la The Voice.
Mais quand il m'a dit : "Aaaaaah, j'avais oublié ! On est dans la merde !" quand je lui ai rappelé que pour le shift du soir, c'était mort, j'ai tout de suite senti les problèmes. Et ils se pointèrent, juste sous mon nez.
J'ai dû m'expliquer devant lui, devant le manager qui s'occupait du resto le matin, puis devant le directeur avant qu'ils me laissent partirent.
Et je partis, à 18h30, le temps de trouver un remplaçant dans un autre restaurant.

La suite de la soirée ?
Boh, on est parti en retard du coup. On est arrivé sur place à 20h, sans avoir pris le temps de manger, et la soirée s'est bien passée. C'était vraiment cool.
Sauf pour le retour. On est rentré en voiture, jusqu'à la gare en tout cas. J'ai fait le chemin du retour à pied dans un premier temps, puis à vélo.
Alors déjà, j'ai dû marcher bien 20-30min pour trouver un parc à vélo avec un vélo potable dedans, et en plus, et j'ai dû pédaler 30min de plus, rien que pour trouver un autre parc à vélo près de chez moi, mais sans vélo dedans. Et re-marcher 20 minutes de plus. :oui:

Et ainsi s'achève ma journée du premier Mai au McDonald's.
C'était vraiment le gros rush, toute la journée. Damn.

______________________________________________________________


Allez, on est parti sur un petit menu McGif, parce qu'il en faut un.

______________________________________________________________


Équipier rescapé - Jour 337
J'ai enfin trouvé le temps d'écrire un peu. Je suis au sommet d'un immeuble en ruine, dans la cage d'escalier la nuit pour éviter le froid. Il n'y a personne ici, mort ou vivant. Le vent souffle fort ces derniers temps en journée et il fait plus chaud. Je crois que l'été arrive. Fluffy dort au pied de la porte. Il a vraiment grandi en trois mois. Il est maintenant attentif et vif comme un vrai chien de compagnie. Je lui donne quasiment tout mon eau, c'est qu'il a soif ce petit. C'est pas encore un bon, beau et grand chien mais il y aspire, j'espère. J'ai vraiment eu peur, il y a trois mois, dans ce restaurant. La porte du sous-sol avait cédé sous les assauts des cadavres et ils ont envahi le comptoir. Fluffy est remonté juste avant avec une mauvaise impression. Ils le talonnaient vraiment. La minute d'après son arrivée, ils ont déboulé comme des furies en nous sentant. On a réussi à s'enfuir en les entendant d'en haut mais la poursuite a duré pendant deux jours. On a dû changer de ville et se cacher dans la forêt pendant un bon mois, c'était vraiment difficile. On a pas mal marché, Fluffy peinait à suivre le rythme le pauvre petit. Dans les forêts basses du Sud, ils sont un peu partout, seuls ou en petit groupe, j'étais en alerte permanente. Je ne voyageais que de jour, et par tranche de deux heures avec des pauses pour examiner le terrain. Après tout ça, on est arrivé dans une petite ville de province. Une maison en pierre était complètement éventrée et l'intérieur était noirci. Il a dû avoir un incendie ou une explosion. En tout cas, on a pas trainé et on est arrivé dans une autre ville, plus grande et toujours aussi vide. Je crois qu'il ne reste plus personne ici. J'ai vu quelques cadavres qui se promenaient mais personne ne m'a vu jusque là, et je n'ai vu personne, de vivant, depuis. Et ça fait pourtant une semaine que je suis là. Le jour je pars dans la ville et dans les habitations pour trouver de la nourriture avec Fluffy. Il devient fortiche avec son flair le petit, il est très utile. Mais j'ai un peu peur de lui, il n'hésite pas à aller dans les petits endroits ou très loin de moi quand on est dans la rue. J'ai trouvé une machette l'autre jour. Je ne m'en suis pas encore servi, et je n'aimerais pas m'en servir pour me défendre, ça non. Mais je vais y être obligé à un moment donné, je suppose.

______________________________________________________________

← Épisode 19

Nihir
Nihir
Alphard
Alphard

Pouce rouge.

Ramsesblue
Ramsesblue

Oh non pas la démission !